Détecteur de métaux à induction pulsée : Les meilleurs détecteurs pour trouver de l’or !

Le détecteur de métaux à induction pulsée est le meilleur détecteur de métaux pour trouver de l’or en Afrique car :

  • Les détecteurs PI ne sont pas sensibles à la minéralisation de fer présent naturellement dans le sol que l’on trouve couramment dans les zones aurifères Africaines, comme par exemple la magnétite.
  • Ils ont une profondeur plus importante par rapport au VLF en raison de la puissance qui peut être générée vers la bobine, ce qui crée un signal plus fort.
  • Les détecteurs de métaux à induction pulsée sont conçus spécifiquement pour les conditions rencontrées dans les champs aurifères d’Australie.

Voilà pourquoi, pour la prospection aurifère, il faut toujours préférer un détecteur à indiction pulsée par rapport à un VLF.

Comment fonctionnent les détecteurs de métaux à induction pulsée ?

Le détecteur de métaux à induction pulsée génère une brève impulsion de courant élevé dans le sol via le câblage de transmission de la bobine. Lorsque le courant circule, il génère un champ magnétique qui s’étend vers l’extérieur de la bobine.

detecteur de métaux GPX 5000 posé par terre en Afrique

Lorsque ce champ magnétique rencontre un objet métallique, il modifie le flux de courant. Au moment où l’impulsion de courant est désactivée, le flux de courant généré par l’objet est renvoyé vers le disque, créant le son de la cible au niveau du détecteur.

Le signal résultant (son de la cible) renvoyé via la bobine de réception est amplifié, échantillonné et analysé. Ce cycle se répète continuellement des centaines, voire des milliers de fois par seconde.

Pourquoi pouvez-vous trouver facilement de petits morceaux de fer, mais manquer des petites pépites d’or ?

Il est important de noter que la force et la durée du signal varient d’un objet à l’autre. Le fer produit un signal plus grand et plus long que l’or et c’est pourquoi un morceau de fer de taille similaire produira un signal plus fort que l’or et sera plus facile à détecter ! C’est pour ça qu’on parle du phénomène de masquage des ferreux.

Donc, si vous utilisez votre détecteur de manière sans un réglage précis et un balayage du disque trop rapide, et que vous trouvez de petits morceaux de fer comme des clous rouillés, et pas d’or, rappelez-vous que c’est peut-être la technique que vous utilisez qui vous empêche de détecter ces petites pépites d’or.

Principaux avantages des détecteurs de métaux à induction pulsée

L’un des principaux atouts des détecteurs PI réside dans leur capacité à gérer efficacement les sols fortement minéralisés. Contrairement aux VLF, qui peuvent être surchargés par des sols riches en minéraux, les détecteurs PI excèdent dans la gestion de cette complexité minérale. La présence de minéraux ne compromet pas leur performance, ce qui les rend idéaux pour des terrains où d’autres dispositifs pourraient montrer des limites.

En matière de profondeur de détection, les détecteurs PI se démarquent également. Ils offrent généralement une meilleure pénétration des ondes dans le sol. Cette caractéristique est très importante pour les chercheurs d’or, car elle leur permet de rechercher à des profondeurs plus importantes, là où d’autres détecteurs pourraient ne pas atteindre.

Les roches chaudes et la minéralisation posent souvent des difficultés aux détecteurs de métaux, mais les détecteurs PI se révèlent plus performants dans ces conditions. Leur capacité à gérer efficacement ces interférences permettent une détection plus précise dans ces conditions extrêmes.

Un autre avantage des détecteurs PI réside dans leur aptitude à détecter de petites pépites. Un élément clé de la conception des détecteurs PI est l’utilisation exclusive de disques mono. Cette configuration spécifique, uniquement présente sur les détecteurs PI, confère une sensibilité beaucoup plus importante, particulièrement sur de petites pépites d’or.

prospecteur d'or avec un détecteur de métaux GPX 5000 dans un désert du Sénégal

Principaux désavantages des détecteurs de métaux à induction pulsée

Les détecteurs de métaux à induction pulsée (PI), bien qu’offrant des avantages significatifs dans certaines conditions, présentent également des désavantages qui méritent d’être pris en considération par les chercheurs et prospecteurs. Ces limitations peuvent influencer le choix d’utiliser des détecteurs PI plutôt que des détecteurs à fréquence variable (VLF).

L’un des principaux inconvénients des détecteurs PI réside dans leur coût élevé. Comparés aux machines VLF, les détecteurs PI sont significativement plus chers. Cette différence de prix peut constituer un obstacle pour de nombreux chercheurs d’or, limitant ainsi l’accès à cette technologie plus avancée.

Les détecteurs PI sont particulièrement sensibles aux interférences électriques et électromagnétiques (EMI). Ces dispositifs sont plus sujets aux perturbations extérieures, ce qui peut compromettre leur performance, surtout dans des environnements où de telles interférences sont fréquentes. Voilà pourquoi, les détecteurs PI sont souvent utilisés en Afrique, loin de la civilisation, dans des milieux extrême et arides où les perturbations électromagnétiques extérieures n’existent pas.

Une autre problématique importante est liée à la capacité de discrimination des machines PI. Contrairement aux VLF, les détecteurs PI ne font pas de distinction suffisamment fiable entre différents types de métaux. La nécessité pour l’utilisateur de déterminer manuellement la nature de la cible en creusant peut-être perçue comme une contrainte majeure, demandant un peu d’habitude pour éviter de creuser sur tout.

Les détecteurs PI peuvent être sensibles à divers types de bruits de sol, notamment dans des conditions spécifiques telles que des bases d’argile, des accumulations de cendres provenant d’incendies, ou des concentrations de Magnétite (oxyde ferromagnétique). Ces facteurs peuvent générer des interférences indésirables, limitant la précision de la détection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut